Réforme du lycée
Le lycée Julien Wittmer vous informe et vous accompagne...

Mémoire de la Shoah en europe centrale

46 élèves de 1ère et de terminale ont traversé la République Tchèque, la Pologne et l’Allemagne sur les traces de la mémoire juive du 4 au 10 novembre 2018.

Après une nuit dans le bus, la première journée à Prague (lundi) a été consacrée à la visite du quartier juif avec son cimetière et 3 synagogues : la synagogue Vieille Nouvelle, le plus ancien sanctuaire juif d’Europe, la synagogue Pinkas, devenue après la seconde Guerre mondiale un monument à la mémoire des 77 297 juifs tchèques emprisonnés dans le camp de Terenzin avant d’être déportés dans des camps d’extermination. La magnifique synagogue espagnole du XIXème siècle possède une riche décoration intérieure inspirée de celle de l’Alhambra de Grenade.

Les élèves ont pu également visiter le château de Prague et admirer le splendide pont Charles.

Mardi 16 novembre, après plus de 5 heures de route, les élèves ont découvert l’héritage historique de la vieille ville de Cracovie, ancienne capitale des rois de Pologne, avec ses façades d’époque gothique, renaissance et baroque parfaitement conservées.

La visite des camps d’Auschwitz et de Birkenau le mercredi constituait le cœur de notre étude. Auschwitz n’est pas la totalité de la Shoah mais il représente le mieux le lieu de l’extermination planifiée dans ses moindres détails ; les amoncellements de cheveux, de chaussures, de prothèses, les restes de marches d’escaliers qui descendent à une salle de déshabillage, antichambre de la mort, donnent réellement un sens à tout ce que les élèves ont pu apprendre par les livres et les documentaires. Un temps de discussion arrivés à l’hôtel s’est révélé nécessaire pour partager les sentiments ressentis par chacun.

Retour à Cracovie le jeudi sur les traces de l’ancien quartier juif de Kazimierz (synagogues, inscriptions hébraïques sur quelques murs) et du ghetto de Podgorze de l’autre côté de la Vistule regroupant à partir de 1941 près de 20 000 juifs déportés ensuite à Auschwitz.                                       

Nuremberg, dernière ville visitée, reste le symbole de la propagande nazie avec ses immenses congrès du parti national socialiste organisés sur un site pouvant accueillir jusqu’à un million de personnes. Les restes de la tribune Zeppelin, du palais des Congrès, de la Grande Rue témoignent de l’ampleur des plans de construction et de l’organisation de la propagande. Le centre de documentation sur l’histoire du nazisme, à travers son exposition « Fascination et terreur », retrace l’importance de Nuremberg de ses lois antisémites (« lois de Nuremberg » de 1935) au « procès de Nuremberg » de 1945-46 jugeant 24 dirigeants nazis pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité.

Comme l’exprime Mme Miniau, fille de résistante déportée à Ravensbrück (intervenue au lycée en octobre), les élèves, par ce voyage, peuvent davantage comprendre « la valeur des mots Liberté et Tolérance ».

Ce voyage mémoriel a reçu des subventions de plusieurs organismes : ministère des armées (direction des patrimoines, de la mémoire et des archives), Fondation pour la Mémoire de la Shoah, de la FNDIRP Paray le Monial et d’Autun (Fédération Nationale des Déportés et Internés Résistants et Patriotes), de la Fédération de la Ligne Maginot, de la Région Bourgogne Franche Comté et du Cinéma de Charolles.

Article rédigé par Christelle Martin

Le voyage mémoriel en images :